Alix Brossard – Facilitatrice en Méditation – (34)

Pleine conscience et ressentis

‘Si la pleine conscience nous place en observateur de nous-mêmes, ne risquons-nous pas de nous couper de nos émotions ?”

 

 

La pleine conscience nous place au centre de ce triangle sensations-émotions-mental

 

La posture d’observateur est le premier pas dans la pratique méditative de pleine conscience.

Il ne s’agit pas de nier nos émotions, nos pensées ou notre perception mais de les rendre à ce qu’elles sont : des émotions, des pensées, des perceptions. Elles ne sont pas des faits.

La posture d’observateur est non-jugeante et patiente.

 

Par diverses approches, comme le scan corporel, nous nous réapproprions notre corps pour ce qu’il est au moment présent. Il ne s’agit donc pas de se couper du ressenti à proprement parler mais plutôt de ne plus s’attacher à ce qu’ déclenche en nous.

Ainsi, l’observation d’une douleur n’est pas la nier mais au contraire la cerner et la comprendre. De cette façon disparaît peu à peu la crainte liée à cette douleur. Elle n’est plus subie mais acceptée pour ce qu’elle est à cet instant.

Tout individu soumis à des douleurs chroniques sait, qu’elles peuvent nous submerger. Et accepter qu’elles nous submergent, accepter de s’immerger en elles pour les observer puis retrouver le souffle et le détachement, tel est le second pas de la pratique méditative.

Pas de nous couper du ressenti.

Le cerner, par dedans ou dehors, et le ramener à son état de ressenti. En sortir apaisé.

Connaissez vous les bienfaits de la méditation ?

Lors de nos séances, vous apprenez à vous saisir de ce formidable outil qu’est la méditation. Relaxation corporelle et apaisement de l’esprit, vous avez sans doute déjà entendu parler des mille bienfaits de cette pratique.

Mais saviez vous que les techniques respiratoires que nous explorons ensemble ont un effet réel – et durable si vous les pratiquez quotidiennement – sur votre corps ?

En état méditatif (tout comme, en sophrologie l’état sophronique, ou en Yoganidrâ entre éveil et sommeil), la respiration juste consomme moins d’air tout en procurant une oxygénation accrue des poumons. Elle agit sur le système hormonal, vasculaire et musculaire, augmente l’immunité et régule la sensibilité à la douleur. Et le corps produit moins de déchets !

Ces dernières années c’est particulièrement la méditation de pleine conscience qui fait l’objet d’études scientifiques poussées. Ainsi, Le docteur en biologie moléculaire du M.I.T. Jon Kabat Zinn a mis au point dans les années 70 la thérapie de “réduction du stress fondée sur la pleine conscience” (MBSR). Ce qu’il recommande ? Une demi heure de pleine conscience par jour, durant huit semaines. Résultats : une baisse de la tension artérielle chez les sujets hypertendus, de nettes améliorations dans des maladies comme le trouble anxieux généralisé et la dépression, mais aussi dans les douleurs chroniques et les maladies de peau, psoriasis en tête… Eh oui !

Bien qu’en France cette pratique auprès d’un.e professionnel.le ne soit que rarement pris en charge par nos mutuelles, sachez que la tendance évolue : en effet les effets sont si probants que la Sécurité sociale britannique la prend désormais en charge, imaginez !

Revenons à notre pratique : régulièrement à mes côtés vous pratiquez la respiration alternée, ou encore la visualisation d’opposés. Ce n’est pas par hasard : ce faisant, je vous aide à équilibrer les degrés d’excitation des deux hémisphères de votre cerveau. Ce point d’équilibre des intelligences et des sens facilite l’harmonie entre corps et esprit ; vous connaissez la célèbre citation “Un esprit sain dans un corps sain”… Nous cheminons ensemble vers cet objectif.

Alors, prêt.e à débuter votre pratique à mes côtés ?

Ma pratique

Je vous présente mes domaines d’intervention et les pratiques méditatives que je vous propose.

Mon parcours

Ce petit article pour vous partager mon parcours !