Alix Brossard – Facilitatrice en Méditation – (34)

Pleine conscience et ressentis

‘Si la pleine conscience nous place en observateur de nous-mêmes, ne risquons-nous pas de nous couper de nos émotions ?”

 

 

La pleine conscience nous place au centre de ce triangle sensations-émotions-mental

 

La posture d’observateur est le premier pas dans la pratique méditative de pleine conscience.

Il ne s’agit pas de nier nos émotions, nos pensées ou notre perception mais de les rendre à ce qu’elles sont : des émotions, des pensées, des perceptions. Elles ne sont pas des faits.

La posture d’observateur est non-jugeante et patiente.

 

Par diverses approches, comme le scan corporel, nous nous réapproprions notre corps pour ce qu’il est au moment présent. Il ne s’agit donc pas de se couper du ressenti à proprement parler mais plutôt de ne plus s’attacher à ce qu’ déclenche en nous.

Ainsi, l’observation d’une douleur n’est pas la nier mais au contraire la cerner et la comprendre. De cette façon disparaît peu à peu la crainte liée à cette douleur. Elle n’est plus subie mais acceptée pour ce qu’elle est à cet instant.

Tout individu soumis à des douleurs chroniques sait, qu’elles peuvent nous submerger. Et accepter qu’elles nous submergent, accepter de s’immerger en elles pour les observer puis retrouver le souffle et le détachement, tel est le second pas de la pratique méditative.

Pas de nous couper du ressenti.

Le cerner, par dedans ou dehors, et le ramener à son état de ressenti. En sortir apaisé.